NOTRE ENGAGEMENT

Un acte militant, un engagement citoyen.

La fabuleuse histoire de l’Arbre Providence

by Adrien Thyrion

Bruxelles, Belgique

Comment faire un don...

Pourcentage récolté :
8.40%
25 000,00
Objectif
210
Arbres Plantés et entretenus
2 100,00
Montant collecté

Pour faire un don, vous avez 2 possibilités :

1. Par virement bancaire via votre application bancaire sur le compte dédié au film Triangle7 BE8900185718028.

2. Par Paypal

Avec ce film, nous voulons témoigner qu’il est possible de se nourrir et de vivre décemment, en Afrique et ailleurs, grâce à une agriculture familiale et écologique.

« Près d’un milliard de personnes souffrent de la faim, dont deux tiers — des paysans et leurs familles — vivent dans les pays en développement. C’est le grand paradoxe de notre époque : alors que les paysans pourraient nourrir le monde, ils sont les premiers à souffrir de la faim, et même à en mourir. »

“Notre métier est de réaliser des films, et si nous pouvons aussi vous stimuler vers des actions positives, nous aurons déjà réussi, à notre toute petite échelle, à faire quelque chose de positif comme « citoyens du monde »”.         Philippe Sellier, producteur chez Triangle7

Mais pour réussir pleinement cette initiative, vous pouvez aussi nous aider !

SOUTENIR LE FILM

Nous avons besoin de vous pour nous aider à compléter le financement du film. Nous avons obtenu le soutien du Fonds du Journalisme, de la RTBF, de la Fondation Yves Rocher – Institut de France, mais cela ne suffit malheureusement pas pour réussir l’objectif que l’on s’est fixé.

Nous avons découvert ces arbres magnifiques au Togo, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en France, recueilli les témoignages des hommes et des femmes qui cultivent leurs terres. Le budget total du film est de 110.000 €. Aujourd’hui nous cherchons 25.000 € pour compléter le financement par le participatif.

Avec vous on y arrivera ! Notre engagement, en contrepartie, est qu’à chaque tranche de 10 euros reçus, nous reversons 1 € à l’Association pour la Promotion des Arbres Fertilitaires (APAF) pour planter et entretenir 1 arbre fertilitaire.
25.000 €, ce sera pas moins de 2.500 arbres plantés !

NOS COMBATTANTS

Mansour N'diaye
Un agronome sénégalais qui a eu le courage de tourner le dos à tout ce qu'il avait mis en pratique pendant sa vie professionnelle : les engrais chimiques. Il est devenu le propagateur de l'agroforesterie par les arbres fertilitaires au Sénégal.
Pascal Humbert
Bâtisseur de maisons, passionné d'Afrique et amoureux des arbres, surtout des arbres fertilitaires qui sont pour lui un monde à eux tout seul : ils fertilisent le sol, donnent du fourrage aux animaux et du bois pour la cuisine ou la construction.
Kwamy Logan
A depuis son enfance un grand respect pour l'arbre-médicament que ses parents utilisaient pour soigner les malades mais, depuis qu'il connait l'arbre-engrais, il le propage chez les paysans dans toute l'Afrique de l'ouest. Persuadé que le développement du continent viendra du monde paysan et de l'agriculture bio.
Bruno Devresse
Le premier à redécouvrir les arbres fertilitaires, un Robin des Bois, combattant pour l'environnement, prêt à prendre des risques personnels pour une planète plus saine mais aussi plus juste envers les paysans.

LA FABULEUSE HISTOIRE DE L’ARBRE PROVIDENCE

Certains arbres plantés dans les champs fertilisent le sol et permettent aux paysans de cultiver sans engrais ni pesticides. C’est ainsi que les anciens cultivaient en Afrique. Puis la modernité a changé les pratiques, asservi les paysans et dégradé les terres.

Il y a 30 ans, Bruno Devresse était coopérant en Afrique. Il redécouvre une méthode ancestrale oubliée et trouve le combat de sa vie : refaire confiance à la nature, rassembler les hommes et les femmes autour de cette pratique millénaire, s’engager ensemble pour retrouver une autonomie alimentaire et bien plus encore.

Voilà l’histoire que raconte ce film, une histoire positive, une démonstration d’autonomie, la résistance des citoyens et leurs engagements collectifs pour un projet salvateur.

C’est l’histoire de Bruno Devresse et de son ONG, l’APAF. C’est aussi celle d’une rencontre avec Mansour Ndiaye, ancien fonctionnaire agronome qui s’est rendu compte de la politique désastreuse de son pays, et qui aujourd’hui s’engage à remédier au désastre. C’est également la rencontre de Kwami Logan et Jacques Rocher, et de leurs engagements respectifs contre le réchauffement climatique et la désertification, pour la biodiversité et l’avenir des populations locales. Et de tant d’autres personnes qui misent sur une agriculture respectueuse du rythme de la nature.

« Les arbres seront-ils les sauveurs de l’agriculture tropicale africaine,
de l‘atlantique à l’océan indien ? »

POURQUOI CE FILM ?

Parce que ces arbres sont magiques !
Ce film présente et témoigne d’une solution réaliste pour une agriculture africaine qui fait face à la désertification et à la dégradation des sols. Une solution toute simple pour un continent qui doit trouver comment nourrir sa population de plus en plus nombreuse, et de préférence sur place.

« Les sols sont tellement appauvris que les paysans ne peuvent même plus cultiver les céréales pour se nourrir. S’en est suivi l’exode vers les villes, puis l’émigration vers les pays européens. »

Mansour Ndiaye, APAF Sénégal

Mais aujourd’hui la situation change ! Là où l’agroforesterie s’implante avec ces arbres magiques, les gens retrouvent une raison et un plaisir de cultiver leurs propres terres et d’en vivre.

LE MOT DU RÉALISATEUR

“Durant ma carrière de journaliste à la RTBF, j’ai fait beaucoup de reportages sur l’agriculture dans l’ouest de l’Afrique. J’y ai constaté la désertification, l’appauvrissement des sols, le changement climatique, la disparition des forêts, les difficultés grandissantes de la population locale. Par le hasard des rencontres, j’ai eu connaissance d’un projet qui pourrait changer les choses. Il s’agit du projet de l’ONG APAF. Bien sûr, il faut se méfier de ces idées géniales qui souvent n’aboutissent à rien et c’est ce que j’ai fait en vérifiant l’information, en consultant des agronomes, en lisant de la littérature sur le sujet. Cette recherche a confirmé mon opinion, a renforcé ce qu’il faut bien appeler mon engagement, terme un peu suspect pour un journaliste, j’en conviens, pour ce projet.

Oui, je suis convaincu que le développement de ces arbres qui fertilisent la terre bien mieux que les engrais chimiques est une chance que l’Afrique ne peut pas laisser passer. Des initiatives dans plusieurs pays de l’ouest africain le démontrent mais elles ne sont pas assez connues et reconnues.

Je conjuguerai rigueur journalistique et engagement pour mener ce documentaire à bon port mais c’est ce que j’ai déjà fait pendant 25 ans à “Au Nom de la Loi” (RTBF) où la “défense de la veuve et de l’opprimé” ne se faisait jamais aux dépens de la vérité.

Michel Hellas, réalisateur

LE MOT DU PRODUCTEUR

Aujourd’hui je ne peux plus rester inactif. Né au Burundi, je m’engage pour que ce film existe et soit le meilleur ambassadeur de ces Arbres “Providence”. J’ai pu voir ces arbres fertilitaires, à croissance rapide, inverser le processus de dégradation des sols, fertiliser et réparer les sols ; ce sont des engrais verts permanents qui ne coûtent rien. Cette technique duplicable est adaptée au monde paysan et à ses habitudes ancestrales, surtout entre les 2 tropiques. C’est une des réponses à la déforestation et aux conséquences qu’elle engendre : dérèglement climatique, exode rural, émigration, pauvreté.

Philippe Sellier, producteur